La transformation digitale des collectivités

La transformation digitale des entreprises est un enjeu majeur pour leur compétitivité et la croissance de la France. De nombreux plans et communications sont actuellement mises en place pour la favoriser et c’est tant mieux. Cela ne doit pas pour autant occulter une transformation digitale tout aussi importante pour la France : celle des collectivités. Pour elles, rien n’est encore tracé et nous vous proposons ci-dessous des pistes  pour mesurer la réussite de leur transformation digitale à venir.

démocratie directe marianne digitale

Les collectivités territoriales sont déjà très endettées et cela menace leurs capacités à emprunter pour mener des projets. En ce sens, investir massivement dans la blockchain pourrait constituer un véritable bol d’air. Appliqué au service public, cette techno permettrait en effet de limiter significativement les coûts d’infrastructure. L’Estonie, petit pays champion européen des usages du numérique ne s’y est pas tromper et déploient toujours plus de ses services sur des blockchains (dossier médical, certificat de mariage, registre des entreprises…)
En France, si un élu d’une commune, d’un département ou d’une région décide de s’emparer du sujet, il se retrouvera aujourd’hui très dépourvu pour mettre en application ce principe. Il est urgent que l’État français prenne ce sujet à bras le corps et montre lui-même l’exemple puis fournisse une assistance et des outils pour les collectivités. A partir delà le non renouvellement de postes d’un grand nombre de fonctionnaires territoriaux peut être effectué sans dégrader le service rendu et en assainissant les finances.

Au-delà de l’aspect financier, la blockchain permettrait aux collectivités de revoir les relations qu’elles entretiennent avec leurs usagers. En Estonie, toujours ce petit pays, elle est déjà utilisée pour sécuriser le système de vote en ligne. Alors que les réseaux sociaux impactent fortement le processus démocratique, la présence de la collectivité sur ces réseaux se limitent souvent par une page à aimer avec des infos à partager, le tout sur une plate-forme commerciale étrangère. La communication est à sens unique et la plus neutre possible afin d’éviter les dérapages. Tout le potentiel collaboratif est de toute façon ignoré.
Tandis que le populisme gagne dangereusement du terrain, un tout autre usage devrait être envisagé avec la mise en place de plus d’interactions, d’éléments de démocratie participative et de démocratie directe. La transparence qui en résulterait serait le meilleur rempart contre des dérives extrémistes. Mais pas que. Avec le développement de l’intelligence artificielle, un usage intelligent de la blockchain, les collectivités – et toutes les organisations collectives – pourraient reprendre la main sur leur destin commun puis devenir en capacité de réaliser leurs objectifs les plus ambitieux.

Intelligence artificielle + intelligence collective = utopies réalisables

Imaginez une collectivité capable de lancer son propre réseau social participatif auprès de ses usagers. Imaginez un chatbot capable d’y lancer des discussions, de recevoir des doléances. Imaginez ensuite une intelligence artificielle capable de les sonder et d’émettre des alertes lorsque des problèmes récurrents ou des solutions alternatives sont proposées de manière fréquente… Vous visualisez un moyen d’améliorer prodigieusement nos organisations collectives.

Techniquement ce n’est pourtant pas de la science-fiction, c’est possible aujourd’hui. L’État français serait bien inspiré de proposer à ses collectivités une palette d’outils en ce sens. Les élus devraient la réclamer. Des tests d’expérimentations de la blockchain sur des périmètres limités seraient déjà un premier pas. A défaut ou en parallèle, il est plus que souhaitable que le jeune secteur des Civic Tech s’attelle au sujet !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire