L’Islam des Lumières existe déjà.

En ce début de mois de Ramadan, le Collectif Gerbert adresse ses vœux les plus chaleureux à ses compatriotes Cantaliens de confession Musulmane, qu’ils pratiquent le jeûne de façon stricte ou de manière plus personnelle.  Ce mois de Ramadan pendant lequel les Musulmans commémorent la révélation du Coran au prophète Muhammad est aussi, et peut-être surtout, celui du renouveau.

A ce titre, le Collectif Gerbert, souhaite rappeler quelques éléments sur la vie du célèbre Pape natif de la région. En effet, le Collectif est très préoccupé par la montée des tensions communautaires et des revendications religieuses, même si le Cantal est relativement épargné (bien qu’une extrême-droite y soit en cours d’installation).
Or en son temps, Gerbert, dont tous les cantaliens peuvent légitimement se revendiquer,  avait lui-même fait un trait d’union entre le monde Musulman et le monde Chrétien. Il est clairement reconnu pour avoir introduit en Europe le système de numération décimale et le zéro, lesquels étaient déjà répandus dans le monde musulman qui les avait importés d’Inde.
En soi, ce n’est déjà pas rien mais c’est très certainement la partie immergé de l’iceberg.

Mutazilisme Cantal Gerbert
Nous connaissons la passion de Gerbert pour la culture antique et son approche raisonnée de la foi chrétienne. Nous connaissons aussi son appétence pour la philosophie musulmane et l’Islam qui l’auront conduit à étudier en profondeur les textes des grands penseurs musulmans voir à se déplacer un temps étudier à l’université Al Quaraouiyine à Fès au Maroc.
A première vue, pour nous, « modernes », ces deux passions pourraient sembler contradictoires tant l’Islam, depuis le 11 Septembre 2001, est quasi-systématiquement associé par nos médias à une religion archaïque qui impose une lecture littérale du Coran.
Pourtant, à l’époque de Gerbert (10° siècle), cette approche littérale du Coran n’était pas le courant dominant, bien au contraire. Oui, l’Islam des Lumières que certains appellent de leurs vœux aujourd’hui existait déjà au 7° siècle. Ce courant, un temps majoritaire a pour nom Mutazilisme. Entre autre différence avec les courants fondamentalistes comme le récent wahhabisme, le Mutazilisme réfute l’aspect incréée du coran, jugeant cette considération comme irrationnelle. Il met en avant le libre arbitre, place l’amour et l’ascétisme au centre de la recherche spirituelle de l’être humain, et rejette tout dogmatisme religieux. La recherche scientifique et la philosophie y ont une place prépondérante.
Si le Mutazilisme a connu un large succès auprès des élites musulmanes, il a rencontré moins de succès auprès des peuples pour lesquels les courants plus fondamentalistes (et sensationnels) ont mieux fonctionné, d’où son érosion. Aujourd’hui, le Mutazilisme est très peu représenté au sein du monde Musulman, en tant que courant officiel en tous les cas. A noter tout de même, un essai de le généraliser à nouveau en Égypte à la fin du 19° par Mohamed Abdouh, fervent défenseur du dialogue inter-religieux  et qui déployait des efforts particuliers pour l’amitié islamo-chrétienne (tristement d’actualité avec le récent massacre des Coptes).
En février 2017, l’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite a été créée en France. Pour l’ARIM, le mutazilisme est un héritage qu’il convient d’adapter au XXIe siècle. Il n’est pas un contenu de dogmes prêts-à-penser mais une disposition de l’esprit : celle qui consiste à appliquer le doute, la prudence et l’esprit critique sur l’histoire, les pratiques et les textes de l’islam et celle qui consiste à garantir la liberté de l’individu à décider par lui-même de ce qui lui paraît bon ou mauvais dans sa vie spirituelle.

Nous invitons tous les Cantaliens de confession musulmane à soutenir cette association, de prêt ou de loin et en fonction de leurs moyens. Cela nous parait beaucoup plus facile pour eux que pour certains musulmans qui vivent dans des quartiers communautarisés parfois déjà sous la houlette de fondamentalistes religieux.
Nous rappelons que le problème de l’Islam fondamentalisme n’est, à nos yeux, pas seulement un problème d’attentats et de tocards Daeshiens mais aussi un cancer qui attaque la religion musulmane dans tous ses composantes en France bien sûr mais au Maghreb aussi.

Le Mutazilisme est clairement un antidote possible.

Liens complémentaires :
http://www.huffpostmaghreb.com/nassima-kies/lesprit-mutazilite-antido_b_15320854.html
http://mutazilisme.fr/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire